A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #

Clip Bernard Lavilliers - Noir Et Blanc video:

Paroles de chanson
Bernard Lavilliers - Noir Et Blanc


C'est une ville que je connais
Une chanson que je chantais.
Y a du sang sur le trottoir
C'est sa voix, poussi?re br?l?e
C'est ses ongles sur le blind?.
Ils l'ont battu ? mort, il a froid, il a peur.
De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur.
Po Na Ba Mboka Nionso Pe Na Pikolo Nionso
Il vivait avec des mots
Qu'on passait sous le manteau
Qui brillaient comme des couteaux.
Il jouait d'la d?rision
Comme d'une arme de pr?cision.
Il est sur le ciment, mais ses chansons maudites
On les conna?t par c?ur,
La musique a parfois des accords majeurs
Qui font rire les enfants mais pas les dictateurs.
De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur.
La musique est un cri qui vient de l'int?rieur.
?a d?pend des latitudes
?a d?pend d'ton attitude
C'est cent ans de solitude.
Y a du sang sur mon piano
Y a des bottes sur mon tempo.
Au-dessous du volcan, je l'entends, je l'entends
J'entends battre son c?ur.
La musique parfois a des accords mineurs
Qui font grincer les dents du grand lib?rateur.
De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur.
La musique est un cri qui vient de l'int?rieur.

C'est une ville que je connais
Une chanson que je chantais
Une chanson qui nous ressemble.

C'est la voix de Mendela
Le tempo docteur Fela
Ecoute chanter la foule
Avec les mots qui roulent et font battre son c?ur.
De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur.
La musique est un cri qui vient de l'int?rieur
Po Na Ba Mboka Nionso... Pe Na Pikolo Nionso
Partager:

Email:
Blog:
Forum:



Autres paroles, traductions de chansons de Bernard Lavilliers:

Noir Et Blanc
Angola
Elle Chante
Les Mains D'or
Extérieur Nuit
Voleur De Feu
O Gringo
Le Bal
Tu Es Plus Belle Que Le Ciel Et La Mer
Cafard
Je Cours
Melody Tempo Harmony
Voyageur
Funambule
Saïgon

Traduction des paroles
Bernard Lavilliers - Noir Et Blanc


It is a city that I know
A song that I sang.
There's blood on the sidewalk
It is his voice, dust? Re br? L? E
This is her nails on the blind?.
They beat? death, he is cold, he is afraid.
Any country, any color.
Po Na Na Ba Pe Mboka Nionso Pikolo Nionso
He lived with words
We passed under the cloak
Shining like knives.
He played for the d? Rision
As a weapon-precision.
It is the cement, but cursed his songs
They Conna? T heart,
The music sometimes major chords
That make children laugh but not dictators.
Any country, any color.
Music is an art that comes from int? Procedure.
? A d? Hangs latitudes
? A d? Hanging from your attitude
It is one hundred years of solitude.
There's blood on my piano
Y has boots on my tempo.
Below the volcano, I hear, I hear
I mean beat his heart.
The music sometimes has minor chords
Who cringe the great lib? Pedal.
Any country, any color.
Music is an art that comes from int? Procedure.

It is a city that I know
I sang a song
A song that we like.

It is the voice of Mandela
Fela tempo doctor
Listen singing crowd
With words that roll and beat up his heart.
Any country, any color.
Music is an art that comes from int? Interior
Po Na Ba ... Mboka Nionso Pe Na Pikolo Nionso
Partager:

Email:
Blog:
Forum: